Epreuve d’embauche Square Enix

      6 Comments on Epreuve d’embauche Square Enix

[Octobre 2011 – Entretien d’embauche pour Square Enix – 981 mots]

Conditions : Écrivez en français un texte de 800 à 1000 mots. Vous êtes le personnage d’un jeu vidéo Square Enix et par une sorte d’enchantement, vous vous retrouvez subitement au Japon (peu importe l’endroit, l’époque, la manière). Racontez cet épisode.

————————————————————

“Aah, ma tête…”
Allongé sur le sol, Daeron se massait le crâne, essayant de rassembler ses esprits. La veille il buvait tranquillement dans un établissement du quartier de la nuit quand cette mystérieuse jeune fille l’avait accosté en lui proposant de danser pour lui. Charmé, il avait accepté. Elle avait alors commencé à onduler gracieusement son corps et puis… plus rien. Il n’avait plus aucun souvenir du reste de la nuit.
Il ouvrit les yeux et ne reconnut pas le paysage. Il était… à la campagne ?! Sans aucune idée de comment il avait pu arriver là.
Il ferait mieux d’arrêter l’alcool…
Il resta une minute hébété, puis se décida à se lever. Sa tête ne le lancina que plus fort mais il décida de l’ignorer.
À quelques centaines de mètres devant lui semblait se trouver un village, il décida donc logiquement de marcher dans cette direction. Bien qu’il n’y ait rien aux alentours, tout lui semblait différent. Plus montagneux, plus dense que les paysages habituels.
Malgré sa migraine, il marchait d’un pas vif, tentant en vain de se souvenir ce qui avait pu se passer après que la danseuse l’a envouté du mouvement langoureux de ses hanches.
Pas un véhicule ne passa. N’ayant aucune idée de l’heure, il ne s’en formalisa pas.
Alors que le soleil rayonnait déjà haut dans le ciel, il arriva à l’entrée de la petite ville.
Personne. Pas un bruit. Pas un mouvement.
Une seconde, il hésita et failli rebrousser chemin.
C’était ridicule !
Refoulant le malaise qui s’installait instinctivement en lui, il fit un pas en avant, puis un deuxième.
Au fur et à mesure qu’il avançait au coeur du village, ses poils se dressaient sur ses bras, ses sens se mettaient en alerte. Cette ville était manifestement complètement déserte.
Son malaise fit rapidement place à l’incompréhension… Pourquoi ?
Il y avait peut-être seulement un événement important en dehors de la ville expliquant ce calme inattendu. Et surtout anormal.
Mais il n’y avait pas que cela. En s’approchant de la vitrine de ce qui semblait être un magasin, il avait pu s’apercevoir que tout était écrit avec de drôles de signes. Comme des petits dessins… Il s’apprêtait à conclure à une boutique d’art quelconque quand il réalisa que ces petits dessins étaient partout. Devant les portes de maisons, sur ce qui semblait être des publicités… Une… autre langue ?
L’idée paraissait folle, mais maintenant qu’il y pensait, les maisons aussi avaient une architecture un peu différente que de coutume. Piqué par la curiosité et n’ayant de toute façon personne pour l’informer sur l’endroit où il se trouvait, il décida de s’approcher d’une des maisons.
Il toqua plusieurs fois, mais comme son instinct le lui avait soufflé, personne ne vint lui ouvrir.
Il tendit la main vers la poignée de la porte, la laissa en suspens quelques secondes puis se décida à ouvrir.
Ce n’était pas fermé à clé.
« Oh oh ? Il y a quelqu’un ? Je me suis perdu et… »
Inutile de s’époumoner, il n’y avait personne. Il traversa la maison allant de pièces en pièces, et put constater qu’il s’agissait d’un départ préparé. Les placards des chambres étaient vides, les lits défaits de leurs draps.
Dans la cuisine, à côté de l’évier étaient disposés des réserves de piles, de rouleaux de papier toilette et autres produits. Vers la poubelle, des dizaines de bouteilles d’eau minerale vides.
Curieux, il s’approcha et constata avec perplexité que les jointures des fenêtres étaient couvertes de scotch. Après un rapide coup d’oeil autour de lui, il constata que c’était le cas de chaque fenêtre et porte donnant vers l’extérieur. Il s’approcha de la porte de véranda pour voir ce qu’il y trouverait quand une voix grave le fit sursauter.
« Qu’est-ce que vous faites là ? »
Il se retourna et se trouva face à face avec un homme dont les traits comptaient de nombreuses rides formant un véritable labyrinthe sur son visage. Ses cheveux raides, jadis noirs, encadraient un visage rond mais ferme. Ses yeux en amande le regardaient, une lueur étrange dans le regard.
« Je… je me suis perdu, je ne sais pas où je suis »
Le vieil homme le jaugea un instant puis reprit la parole.
« Vous feriez mieux de partir. »
– Mais où sommes-nous ? Pourquoi il n’y a plus personne dans cette ville ?
L’homme resta silencieux un moment, incrédule. Puis, semblant conclure que le jeune homme ne se moquait pas de lui, il répondit, sa voix plus caverneuse que jamais :
– Tout le monde est parti depuis le Grand Tremblement…
– Le Grand Tremblement ?
– Il y a quelques mois… la Terre s’est mise en colère, elle a tremblé de fureur entraînant dans sa rage la Mer qui s’est révoltée à son tour… Tout était en ruines, dévasté. Et alors qu’on croyait l’Enfer derrière nous, une autre menace est arrivée. Pire. L’air est maintenant irrespirable, l’atmosphère même est devenue poison. Il n’y a plus rien à faire… Les gens ont fui pour sauver leurs enfants… Daeron écoutait l’homme qui semblait au bord des larmes, ne sachant pas s’il avait affaire à quelqu’un qui n’avait plus toute sa tête ou non.
L’homme avait un fort accent, et s’exprimait de manière peu commune mais ne semblait pas fou. Et sa folie n’expliquerait pas une ville complètement désertée.
« Et vous ? »
– Moi je suis vieux. Je refuse de quitter ma terre. Mais vous, partez avant qu’il ne soit trop tard. Réfugiez-vous en ville, ici la Mort est partout.
Il ne comprenait pas tout de la situation et ne le connaissait pas mais Daeron ne voulait pas abandonner le vieil homme dans cette ville fantôme.
« J’aimerais vous aider… »
Le vieil homme prit dans ses mains calleuses celles de Daeron : « Alors, sauvez ma terre… ».
Ses yeux scintillaient de larmes.

————————————————————
Télécharger au format PDF
————————————————————

Commentaire : Difficile d’écrire un épisode en si peu de mots, à peine deux pages ! Je n’avais pas envie de faire une petite description simple et cliché de ce qu’on peut voir (et s’étonner) quand on arrive au Japon, c’est pourquoi j’ai préféré faire comme si c’était le début d’un jeu. Je me suis un peu inspirée de leurs jeux (notamment pour la danseuse qui ensorcèle, Final Fantasy IV). Pour la petite histoire, j’ai été sélectionnée sur cette épreuve pour passer la deuxième assez corsée (des traductions relativement difficiles à faire en une heure) que j’ai complètement foiré à l’époque, ha ha. Voilà, je ne serai jamais la traductrice des futurs Final Fantasy, mais comme j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire ces quelques lignes, j’avais envie de les publier ici. Je n’ai jamais essayé d’écrire la suite, car j’aimais l’idée que chacun puisse imaginer ce que ça lui inspirait.

6 thoughts on “Epreuve d’embauche Square Enix

  1. Mila

    Mais… il y a une suite?
    Parce que tu es frustrante là tout de même! J’ai commencé par lire l’article et puis j’ai vu « télécharger au format pdf » alors je me suis dit « ouf y a la suite »…mais en fait… non (et oui c’était dans la description mais…) Enfin en tous cas en effet ça fait très « intro » en fait pour tout te dire avant de lire ton commentaire j’étais persuadée que c’était le début d’un roman style « homme banal se retrouve sauveur de l’humanité ». Un moment j’ai même cru que tout ceci n’était qu’une vision -rapport à la danseuse- et qu’en se réveillant notre « Elu » comprendrait sa mission divine. En fait j’étais juste à côté de la plaque.
    En tous cas Mel je profite de ce commentaire pour répéter que je suis ravie de voir que tut ‘es lancée dans ce blog 🙂 ! Et j’espère que bientôt nous aurons de nouveaux textes à lire! Par ailleurs je voulais te demander: puis-je te faire un peu de publicité? Car cela me ferait plaisir mais comme tu dis avoir peur d’être lue je veux te demander d’abord. Bref vraiment, j’espère te relire bientôt! -et j’aurais probablement la tête moins dans le brouillard quand je lirai/commenterai la prochaine fois…je relirai ce texte-là demain matin je pense-.
    Bisous <3

    Reply
    1. Sonyan Post author

      En effet je sens bien ta frustration là ! lol Et je m’en excuse, car non effectivement il n’y a pas de suite. Je me suis contentée de faire ce qui était demandé pour cette épreuve et je n’ai pas donné suite moi-même même pour le plaisir. J’avoue que ça m’a effleuré l’esprit l’espace d’une seconde mais en fait, je crois que je l’aimais bien comme ça, laissant mille et un scénarios ouverts et à chacun son interprétation. (Houuu, l’excuse de feignante ! lol). Donc non tu n’es pas à côté de la plaque, je trouve ça sympa de voir ce que ça t’a inspirée en le lisant !
      Pour ce qui est de la publicité, je t’ai déjà répondu en privé mais évidemment que c’est oui ! Maintenant que j’ai fais le site autant qu’il soit un minimum lu ! Je vais mettre une nouvelle en ligne bientôt, autant le faire après qu’il y ait un minimum à lire. Car là c’est encore un peu le désert…
      Gros bisous <3

      Reply
  2. Cha'Lumeau

    Hey mais…? Tu devrais écrire un livre !!!
    (Non je rigole, c’était par rapport à ton message sur la page d’accueil…)

    C’est marrant, l’ambiance de ce texte me rappelle beaucoup « La fin des temps » de Murakami, je suppose que tu connais…?
    Le côté inexpliqué, les « signes comme de petits dessins », le silence et l’étrangeté d’un lieu abandonné… J’avais vraiment adoré ce bouquin, le genre de bouquin qui fait que tu as hâte de te taper des heures de transports (faut le faire quand même!)

    En tous cas, moi qui ne te connais que par tes écrits du blog, je suis contente d’avoir un peu de rab et de conseils de lecture via ce nouveau site, alors longue vie aux chimères!

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Et bien figure toi que pour une raison complètement obscure, j’ai lu énormément d’auteurs japonais, parfois même des pas connu du tout mais je n’ai pas lu un seul Murakami Haruki (car je suis suppose que ce n’est pas Ryû puisque lui j’ai quasiment tout lu…?) donc non je ne connais pas ce livre. *ne fait pas la fière* Maaais, si tu compares ce petit texte à un livre que tu as manifestement aimé, ce sera peut être mon premier Murakami !
      Merci pour le longue vie aux chimères, je ne sais pas si je vais arriver à être régulière, pour l’instant j’ai des écrits en cours, j’essaierai de les mettre en ligne dans pas trop longtemps !

      Reply
  3. Mimi

    Je suis totalement d’accord avec Cha ‘Lumeau, tu devrais écrire un livre! (j’en rajoute une couche…)
    Non, très sincèrement, c’est vraiment dommage que le temps te manque, tu as du talent : tes phrases sont très fluides, descriptives…ça captive l’attention. 🙂
    Félicitation pour ce nouveau site, qui je l’espère nous donnera l’occasion de te lire d’avantage.
    (C’est bien simple, nous sommes de petits ingrats avides de mots, on en aura jamais asses)
    (Si ce n’est pas trop indiscret, quel hébergeur utilises-tu ? J’ai l’habitude des ralentissements, plantages de sites en tout genre, mais je n’ai aucun soucis avec tes deux sites, c’est très agréable !)
    Au plaisir de te lire,

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Le livre, si ce que je continue à écrire vous plaît, j’arriverai peut être à m’y mettre finalement. Le plus dur étant d’arriver à se poser devant le clavier et de se lancer !
      En tous cas merci de me suivre ici aussi et merci pour tes compliments, ils me touchent beaucoup <3 Pour l'hébergeur j'utilise OVH, jamais eu de problèmes avec eux et toujours été satisfaite de leurs services depuis de nombreuses années et pas mal de sites. Pour sonyan j'ai pris un hébergement pro, car malgré mon irrégularité le blog générait pas mal de trafic et demandait pas mal de base de donnée et l'abonnement perso ne suffisait plus. Pour celui là c'est un abonnement perso et ça a toujours très bien marché 🙂

      Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *